Du 16 janvier au 22 février 2016, le Musée de l’Homme expose au Balcon des sciences des capsules métalliques issues de la technologie de la société Imagene, réalisées au sein d’une plate-forme technologique de Genopole et renfermant de précieux échantillons d’ADN d’homme de Néandertal.

Au 2e étage du musée, l’espace du Balcon des sciences s’ouvre au visiteur pour une découverte libre au travers d’écrans interactifs, d’exposition d’objets et d’outils multimédias. Le premier module de l’exposition, dédié à une actualité scientifique, présente depuis le 16 janvier deux innovations, scientifique et technologique respectivement : l’étude de l’ADN ancien extrait de fossiles, ou paléogénétique, qui révèle aujourd’hui un passé insoupçonné de l’espèce humaine, et une technologie unique de conservation de l’ADN par encapsulation, développée et brevetée au niveau mondial par la société Imagene, et mise en place au sein de la plate-forme Genopole d’extraction et d’encapsulation d’ADN.

Un « coffre-fort » pour de l’ADN précieux
Le Musée de l’Homme abrite une des plus riches collections de fossiles néandertaliens au monde. L’équipe de génétique du Museum national d’Histoire naturelle a effectué des prélèvements d’ADN sur plusieurs de ces fossiles. L’ADN ancien, dégradé par le temps et en faible quantité, est extrêmement difficile à extraire. Ces échantillons constituent une nouvelle collection qui, grâce aux progrès du séquençage, donnera l’opportunité de découvrir des informations inédites comme la présence récemment révélée de gènes néandertaliens dans l’ADN de l’Homme moderne. Elle représente un précieux outil de recherche à préserver pour les générations futures.
Grâce à la technologie d’encapsulation d’Imagene, l’ADN ancien extrait de ces fossiles est protégé de tout facteur de dégradation (eau, oxygène, lumière…). Ainsi, il peut être conservé jusqu’à très long terme à température ambiante tout en restant sous une forme compatible avec la recherche scientifique.

« De l’ADN dans un fossile ? » « De l’ADN dans une capsule ? »
Ce sont les onglets qui, sur l’écran tactile, appellent le visiteur à en savoir davantage et à suivre en vidéo l’extraction d’ADN ou la mise en capsule.
Actualité scientifique au Balcon des sciences du Musée de l'Homme
Au-dessus, une vitrine met en lumière une dent humaine fossile dans laquelle un échantillon d’ADN a pu être prélevé, ainsi que deux capsules scellées et identifiées par gravure laser : elles renferment un extrait d’ADN de deux espèces, Homo neanderthalensis du site de la Quina (17) et Homo sapiens du site d’Aurignac (31).
Photo : © Musée de l’Homme

#Entreprises #Génomique #Plates-formes mutualisées