On ne sait pas encore si la sélection naturelle peut fixer des marques épigénétiques sur un temps long.
Néanmoins, des premières études, chez les plantes et chez les insectes, montrent que les changements épigénétiques génèrent des caractères transmis d’une génération à l’autre, sur lesquels la sélection naturelle peut agir.