"Les toutes premières applications apparaissent pour les cancers. D’ici 3 à 4 ans, on espère être capable d’enlever des marques épigénétiques spécifiques associées à certains cancers" (Jorg Tost, Centre National de Génotypage - Institut de Génomique du CEA).