Genopole s’investit aussi dans les biotechnologies vertes - appliquées à l’agriculture, l’élevage ou l’agro-alimentaire - en soutenant la recherche en sciences végétales et les innovations à vocation agricole.

Si la création de plantes transgéniques (OGM) est une des applications des biotechnologies vertes, elle est loin d’en constituer l’essentiel. Le champ d’application de la connaissance des gènes chez les plantes est très large :
- amélioration des cultures (plantes plus résistantes aux maladies ou à la sécheresse, meilleure qualité des produits végétaux...),
- développement d’outils de diagnostic des maladies pour limiter et raisonner les traitements des cultures,
- utilisation de plantes usines productrices de substances utiles,
- transformation de la biomasse en sources d’énergie renouvelable...

Le pôle végétal de Genopole s’articule autour de laboratoires, d’entreprises et de plates-formes technologiques

Une unité d’étude du polymorphisme des génomes végétaux : EPGV
La génomique végétale est un enjeu majeur pour l’amélioration des plantes cultivées. L’unité EPGV (INRA US 1279) est intégrée depuis 2001 sur le site de l’Institut de Génomique/CEA. Elle met à disposition des équipes de recherche (Inra, Cirad...) son expertise en séquençage et génotypage à haut débit, ainsi des outils d’analyse et de gestion des données, développés en collaboration avec les bio-informaticiens de l’Institut.

Des Biotech vertes sur le site
Genopole accueille et accompagne plusieurs sociétés spécialisées en biotechnologies vertes comme :
- Agdia-Biofords, qui met au point des kits de diagnostic de pathogènes végétaux et des OGM destinés aux acteurs de l’industrie agricole.
- Algentech, qui développe des technologies innovantes pour le ciblage de gènes dans le génome végétal pour l’agro-industrie, les biocarburants, l’industrie pharmaceutique et la recherche en biologie végétale.
- Alkion Biopharma, qui produit et purifie des principes actifs d’origine végétale et fournit des principes actifs biotechnologiques aux industries cosmétiques et pharmaceutiques.
- Anova-Plus, qui développe des kits de détection rapide, sur site, de micro-organismes pathogènes des cultures et de micro-algues toxiques des fruits de mer, à destination des les filières agricoles, viticoles et aquacoles.

Un laboratoire et une plate-forme pour la production en système végétal d’anticorps et de vaccins
Le laboratoire Genopole Plant Process Innovation résulte d’une collaboration de Genopole avec la société québécoise Medicago. L’objectif est d’importer en France la technologie VLPExpressTM, une plate-forme de découverte haut débit de candidats vaccins produits en système végétal. Genopole PPi apportera les preuves de concept de la technologie pour les cibles vaccinales nationales, dans le but final d’implanter en France, à moyen terme, une usine de production qui pourra couvrir nos besoins nationaux en santé publique et en biodéfense.