Un nouveau mécanisme d’épigénétique impliqué dans un grand nombre de cancers du sein vient d’être identifié par des chercheurs du Laboratoire d’Etude Fonctionnelle des Génomes, laboratoire créé grâce au soutien du CEA et de Genopole.

Le Laboratoire d’Etude Fonctionnelle des Génomes (LEFG) du CEA-IRCM*, créé au sein du biocluster d’Evry grâce à un soutien « ATIGE** » de Genopole, vient d’identifier le rôle clé dans la progression tumorale de la protéine codée par le gène TRIM37. Ce gène se trouve dans une région du chromosome 17 amplifiée ou mutée dans une proportion importante de cancers du sein. L’étude, réalisée en collaboration avec des chercheurs américains du Howard Hughes Medical Institute, de la Massachusetts Medical School, du département de pathologie de Yale et de Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals a récemment fait l’objet d’une publication dans la prestigieuse revue Nature (revue du 4 décembre 2014 - article on line).

Un mécanisme d’épigénétique

Les chercheurs ont montré que TRIM37 est une enzyme de type « ubiquitine ligase » capable de modifier une protéine intimement liée à l’ADN, l’histone H2A. Par cette action, TRIM37 contribue, de concert avec une autre protéine nommée EZH2, à une profonde modification épigénétique de la cellule : sans modifier directement l’ADN, elle affecte sa compaction, avec pour effet d’éteindre de nombreux gènes suppresseurs de tumeurs. Les scientifiques ont d’ailleurs révélé que le fait d’inhiber expérimentalement TRIM37 entraîne la réexpression de gènes suppresseurs de tumeur et arrête la progression des cellules tumorales humaines chez les souris.

Des pistes thérapeutiques à explorer

« Les analyses bio-informatiques indiquent queTRIM37 présente plusieurs domaines susceptibles de constituer des cibles pour rechercher de nouveaux médicaments » explique le responsable du LEFG, le Dr. Claude Gazin, qui a contribué de façon importante à cette avancée. Il estime que « la détermination expérimentale de sa structure tridimensionnelle permettra d’explorer de nouvelles opportunités thérapeutiques pour les cancers du sein exprimant les récepteurs aux œstrogènes et présentant une surexpression de TRIM37 ».

La médecine personnalisée du cancer est en train de naître

A Genopole, des laboratoires publics comme le LEFG et l’Institut de Génomique du CEA, dont la contribution au séquençage du génome humain a été décisive, et des laboratoires privés comme IntegraGen participent actuellement à l’établissement de la carte génomique de milliers de cancers, en identifiant pour chacun les gènes amplifiés, éliminés ou altérés. Le catalogue des altérations mises en évidence n’est encore que très partiellement exploité à des fins thérapeutiques, mais il laisse envisager de nouveaux traitements de moindre toxicité et des opportunités pour des cas encore tout récemment désespérés. La médecine personnalisée du cancer est en train de naître.

* Laboratoire de l’Institut de Radiobiologie Cellulaire et Moléculaire du CEA
** ATIGE : Actions Thématiques Incitatives de Genopole (Plus d’info sur les Atiges)

- Lire l’article

Référence : TRIM37 is a new histone H2A ubiquitin ligase and breast cancer oncoprotein. Nature (2014) doi:10.1038/nature13955

#Génomique #Laboratoires #Santé