Biologie a haut débit et organisation de la recherche - une nouvelle économie des données ?

Les grands programmes de séquençage des génomes ont marqué l’entrée de la biologie dans le domaine de la « big science ». Les robots, les grands calculateurs, les bases de données, les outils de production et d’analyse de données de masse peuplent les laboratoires et conditionnent les programmes de recherche. On estime que le volume des données brutes double tous les sept mois, ce qui provoque une incertitude stratégique liée à une obsolescence rapide de certaines approches et de certaines compétences.

Quelles sont les implications en termes de politiques et d’économie des données ? En termes d’organisation, de gestion des compétences et de division du travail dans les laboratoires ? En termes de dynamiques d’agglomération ? Dans un tel contexte, comment anticiper et gérer l’organisation de la recherche, les plateformes de production et traitement des données, les trajectoires professionnelles ?

Téléchargement des PDF de la Session 2