Jeudi 7 juin, Enalees, créée en 2015, a organisé une conférence de presse dans ses locaux à Genopole, pour annoncer le lancement commercial de sa gamme de tests de diagnostics moléculaires, sous la marque Epona, destiné au marché vétérinaire équin.
" Simplifier, accélérer " : deux verbes, signatures de la marque Epona, qui résument les avantages des tests développés, conçus et commercialisés par Enalees.
Ces tests moléculaires permettent la détection, simple et rapide, de l’ADN de virus et bactéries, responsables de maladies infectieuses du cheval.
Des sachets à usage unique renferment les réactifs et les consommables. Après un prélèvement sanguin, le tube est placé dans un lecteur portatif qui, en temps record d’une vingtaine de minutes, affiche un résultat extrêmement facile à lire :

  • - pour dire que le cheval n’est pas atteint de la maladie recherchée
  • + quand il est atteint
  •  ! pour signaler une erreur dans le processus d’analyse.

Plusieurs cliniques vétérinaires, situées notamment en Normandie et en Camargue, ont d’ores et déjà adopté les tests Epona.
« L’avantage pour le vétérinaire est d’identifier rapidement une forme aiguë de la maladie, de pouvoir informer le propriétaire du cheval souvent stressé et d’offrir ce service supplémentaire dans sa clinique », indique Laurent Thiery, président d’Enalees (2e à gauche sur la photo de l’équipe d’Enalees).


Enalees annonce également un accord conclu avec Labéo, pôle d’analyses et de recherche en Normandie, qui fournira des données techniques indépendantes, qui seront rendues disponibles aux vétérinaires et qui permettront l’évaluation des performances de ces tests par rapport aux techniques actuelles.

Les tests actuellement développés


Le syndrome « PIRO-LIKE
 » chez les équidés désigne un ensemble complexe de symptômes souvent nombreux et peu spécifiques tels qu’une hyperthermie, un abattement, une anorexie ou encore une anémie ou un ictère. Ces symptômes peuvent être engendrés par des maladies infectieuses mais non contagieuses causées soit par des parasites tels que Theileria equi et Babesia caballi, soit par des bactéries telles que Anaplasma phagocytophilum et Borrelia.

La THEILERIOSE ÉQUINE est une maladie infectieuse mais non contagieuse causée par un protozoaire, Theileria equi, et transmise par plusieurs espèces de tiques dont Rhipicephalus sanguineus. Theileria equi est, avec Babesia caballi, l’un des agents responsables de la maladie appelée piroplasmose. Les symptômes de cette maladie peuvent être peu spécifiques et nombreux : baisses de performance, hyperthermie, abattement, anorexie, tachycardie et/ou polypnée. La piroplasmose doit être elle-même envisagée dans le diagnostic du syndrome « hyperthermie et abattement » dit « Piro-Like » chez le cheval.

La MALADIE DE LYME est causée par un spirochète, Borrelia burgdorferi, dont le cycle de développement implique des tiques du genre Ixodes spp. La maladie se caractérise chez le cheval par de la fatigue, de la fièvre modérée, des gonflements des articulations, accompagnés de douleurs articulaires. Rarement, des troubles neurologiques peuvent également être présents. Le test Epona Borrelia est un test moléculaire de nouvelle génération, permettant la détection d’un fragment du génome de Borrelia d’une manière fiable et rapide.

La BABESIOSE ÉQUINE est une maladie infectieuse mais non contagieuse causée par un protozoaire, Babesia caballi, et transmise par plusieurs espèces de tiques dont Dermacentor reticulatus. Babesia caballi est, avec Theileria equi, l’un des agents responsables de la maladie appelée piroplasmose. Les symptômes de cette maladie peuvent être peu spécifiques et nombreux : baisses de performance, hyperthermie, abattement, anorexie, tachycardie et/ou polypnée.

L’ANAPLASMOSE ÉQUINE, anciennement appelé ehrlichiose équine, est une maladie infectieuse mais non contagieuse causée par une bactérie, Anaplasma phagocytophilum. Le vecteur identifié de la maladie est une tique Ixode Ricinus. Les symptômes de l’anaplasmose peuvent être peu spécifiques et nombreux : ataxie, hyperthermie, abattement, anorexie, tachycardie et/ou polypnée

D’autres tests seront commercialisés dans le second semestre 2018.
Lire le communiqué de presse