Mardi 13 décembre, s’est déroulée la grande finale du Genopole Young Biotech Award !

Genopole a annoncé les trois lauréats de son concours annuel dédié aux biotechs innovantes hors santé (environnement, agronomie, industrie) dans les locaux de la BPCE ( Caisse d’Epargne, Paris 13e), partenaire du concours.

Premier prix

Le premier prix revient à l’unanimité du jury * à Biostart pour sa solution biotechnologique, outil de dépollution des eaux usées. Biostart gagne le premier prix de 100 000 € ! Genopole accueillera prochainement l’équipe au sein du biocluster.

Prix spécial Potentiel industriel

Spiris obtient un prix spécial "Potentiel industriel" pour sa technologie capable de produire à grande échelle de la spiruline, cette micro-algue qui offre une alternative écologique et économique aux protéines d’origine bovine.

Prix spécial international

Unibiome a été récompensé d’un prix spécial Potentiel international pour son innovation reposant sur de nouvelles formulations probiotiques pour lutter contre la malnutrition.

Pour connaître le détail des projets récompensés, cliquer ici

Le dossier de presse du concours 2016

Feuilleter le dossier de presse du concours 2016

* Composition du jury :
Alain Pinchart (Chimex filiale de L’Oréal, principal sponsor du concours) ; Arnaud Autret (Seventure Partners) ; Alexandra Berrafato-Droniou (Caisse d’Epargne-BPCE) ; Michael Krel (Sofinnova Partners) ; Karim-Franck Khinouche (Président de Novolyze) ; Valérie Brunel (Abolis Biotechnologies) ; Françoise Olier, (directrice général adjointe de Genopole ) ; Hakim Kharrat (directeur de Genopole Entreprises) ; Miranda Nally-Delmotte (chargée d’affaires Genopole)

Découvrez les pitchs vidéos des lauréats

Bertrand Duval : le polymère de Biostart capte les polluants des eaux usées


Bernard Sacy : Spiris produit de la spiruline (micro-algue) à grande échelle

Ihab Boulas : Unibiome améliore la valeur nutritive des aliments

Table ronde : Les biotechnologies, source de renouveau industriel français

Les biotechnologies ouvrent d’immenses perspectives à l’industrie, aussi bien comme vecteurs de nouveaux produits que comme nouveaux outils de production, dans de nombreux secteurs d’activité.

Table ronde : Les biotechnologies, source de renouveau industriel français
De droite à gauche : Alain Pinchart, directeur des opérations de Chimex, Mathieu Gonçalves, co-fondateur d’Algama, Karim-Franck Khinouche, président de Novolyze, Ariane Voyatzakis de Bpifrance.

Source de produits nouveaux

Ainsi en a témoigné Mathieu Gonçalves co-fondateur de Algama, société finaliste du concours Genopole en 2014, qui conçoit de nouveaux produits alimentaires à base de micro-algues (boisson, sauces...). Cette nouvelle source de protéines a un impact environnemental beaucoup moins lourd que l’élevage de bovins notamment. Les investisseurs sont séduits par l’approche R&D de Algama, développée à Genopole. Le savoir-faire marketing d’Algama est également reconnu pour la promotion des aliments à base d’algues auprès du grand public.

Source de procédés industriels nouveaux

Karim-Franck Khinouche, président de Novolyze, premier prix du concours 2014, a expliqué sa technologie destinée à contrôler l’efficacité des équipements et procédés industriels de débactérisation des aliments (fruits secs, épices, fruits à coques, poudres...). Sa technologie repose sur la conception de germes modèles qui miment le comportement de germes pathogènes (Listeria, Salmonella...). Insérés en début de ligne de production, leur absence en fin de ligne valide les traitements de décontamination. Novolyze vient de lancer la commercialisation de sa gamme de germes modèles sous le nom SurroNov que Karim-Franck montre lors de la table ronde : “Nous avons été les premiers au monde à industrialiser cette approche".

Alain Pinchart, directeur des opérations de Chimex, filiale de L’Oréal, a montré que l’industrie des cosmétiques puise de plus en plus dans les ressources biotechnologiques pour développer des éco-procédés destinés à la fabrication d’ingrédients cosmétiques jusque-là obtenus par des voies chimiques classiques. Ceci pour répondre aux exigences fortes des consommateurs "de plus en plus sensibles à la naturalité des produits consommés". Les biotechnologies présentent deux voies intéressantes : la voie alternative pour trouver des actifs de performance avec un impact environnemental faible et la deuxième voie, c’est la connaissance du microbiome, de notre flore bactérienne, pour faire progresser la cosmétique.

Ariane Voyatzakis de Bpifrance qui soutient l’émergence de projets innovants, a souligné l’apport des biotechnologies dans le secteur alimentaire (algues, insectes, légumineuses...) mais aussi dans l’agriculture comme outils d’aide à la décision pour les agriculteurs pour diminuer l’usage de pesticides et d’engrais chimiques notamment.

Vidéo de la table ronde

Glowee remporte le concours Selfie

Vecteur de communication du concours Genopole Young Biotech Award, l’opération selfie, lancée cette année sur Facebook, a mobilisé plusieurs sociétés génopolitaines et extérieures au cluster. L’idée ? Poster sur Facebook un selfie de l’équipe, montrant le dynamisme des biotechs. Glowee emporte la mise avec plus d’une centaine de Like. Samuel Juillot s’est rendu mardi 13 décembre à la cérémonie de remise des prix du concours pour recueillir celui de Glowee : un i-Pad et un abonnement d’un an à Biofutur, également gagné par les deuxième et troisième gagnants : Enalees et Endodiag.

Bravo aussi aux sociétés génopolitaines Enalees et Endodiag !

Le selfie d’Enalees
Le selfie d’Endodiag