IntegraGen a présenté une étude lors de l’ASCO qui a confirmé que l’expression de miR-31-3p est un marqueur prédictif de la survie et de la réponse au traitement par anti-EGFR.

L’étude a également démontré que les patients, dont l’expression du miR-31-3p est en dessous d’un seuil prédéfini et qui sont traités par FOLFIRI plus cetuximab, ont une survie globale médiane plus longue d’un an, une réduction de 40% du risque de décès et une meilleure réponse au traitement par rapport aux patients traités par FOLFIRI plus bevacizumab.