Les premiers résultats d’un essai clinique de thérapie génique pour un déficit immunitaire sévère se révèlent très concluants. Sur neuf patients traités et suivis pendant un à trois ans en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, sept n’ont contracté aucune infection et six sont libérés des traitements des complications de la maladie. Deux acteurs clés des biothérapies innovantes à Genopole sont impliqués dans ce succès, le laboratoire Généthon et le centre de production de médicaments de thérapie génique Yposkesi.

La granulomatose septique chronique liée à l’X est une maladie rare et sévère du système immunitaire qui ne touche que les garçons. La thérapie génique* mise au point à Généthon par le Dr Anne Galy apporte pour la première fois un traitement durable de la maladie. Généthon a mis au point le vecteur transportant le gène thérapeutique et piloté le premier essai européen, lancé en 2013. Les résultats en Europe et aux Etats-Unis sont publiés dans la revue Nature Medicine du 28 janvier 2020.

L’approche de thérapie génique consiste à restaurer l’activité de l’enzyme déficiente, la NAPDH oxydase, en apportant aux cellules immunitaires du patient le gène fonctionnel grâce à un vecteur lentiviral. Les vecteurs de la famille des lentivirus ont déjà prouvé leur efficacité et leur sécurité pour d’autres déficits immunitaires.

Les lots cliniques du vecteur ont été produits par Yposkesi, premier établissement pharmaceutique à but non lucratif créé en France par l’AFM-Téléthon et Bpifrance.

Les recherches en thérapie génique aboutissent aujourd’hui aux premiers succès pour traiter des maladies génétiques rares jusque-là incurables comme des déficits immunitaires, des maladies du sang, de la vision, et récemment une myopathie, mais également des maladies fréquentes comme des leucémies.

Quelques rappels sur la thérapie génique :

*La thérapie génique consiste à traiter une maladie en introduisant un gène fonctionnel dans des cellules au génome altéré de manière à pallier le dysfonctionnement d’un gène défectueux. Le gène introduit constitue le principe actif du médicament. Le « gène-médicament » est dirigé vers les tissus à traiter et introduit dans les cellules malades grâce à un système de transport appelé "vecteur".

Les vecteurs les plus efficaces actuellement sont des virus dont on a modifié le génome afin qu’ils perdent leur capacité de réplication et leur pouvoir pathogène. Naturellement, les virus agissent en envahissant les cellules et intégrant leur propre matériel génétique pour contraindre la cellule hôte à exprimer leurs gènes. Cette propriété en a fait des vecteurs de choix pour la thérapie génique.

Référence :
- Lentiviral gene therapy for X-linked chronic granulomatous disease. Nature Medicine, 2020.
doi.org/10.1038/s41591-019-0735-5

- Lire le communiqué de presse

#Biocluster #Laboratoires #Thérapie génique #Santé