Deux sociétés accompagnées par Genopole figurent dans le top 100 des start-up où investir en France, du magazine Challenges paru jeudi 6 avril 2016. « La rédaction de Challenges s’est mobilisée des semaines pour sélectionner, parmi plus de mille jeunes pousses conquérantes, 100 start-up ». Félicitations à Pep-Therapy et VitadX qui font partie du lot !
Les deux start-up ont été retenues dans la catégorie Biotech Santé

Pep-Therapy

La jeune société Pep-Therapy est présidée par Antoine Prestat, qui a travaillé comme chargé d’affaires à Genopole Entreprises. Il en fait d’ailleurs mention dans l’article consacré à la société : « J’ai travaillé au transfert vers l’industrie des technologies issues des laboratoires, notamment à Genopole, où j’ai rencontré les chercheurs qui ont développé les technologies des peptides thérapeutiques ». Pep-Therapy s’attache à développer des peptides thérapeutiques ciblés pour le traitement de maladies graves et notamment les cancers. Ces molécules pénètrent dans la cellule et bloquent spécifiquement certaines interactions protéines-protéines, inhibant des mécanismes clés de la maladie. C’est ce qui a suscité l’intérêt de Challenges. Sachez que PEP-Therapy connaît d’autres développements. A lire, le tout récent communiqué de presse qui fait état d’une alliance avec Conectus Alsace pour développer un traitement révolutionnaire dans le diabète de type 2 grâce aux travaux de rupture du Laboratoire de génétique médicale.
Pep-Therapy est à la recherche de 7 millions d’euros.

VitadX International

VitadX a conquis le jury de Challenges par son innovation visant à diagnostiquer précocement des cancers de la vessie à partir d’un échantillon d’urine. Son directeur général, Allan Rodriguez explique la "simplicité" du procédé : placer une goutte d’urine sur une plaque de verre et positionner la plaque sous un scanner avec lumière blanche. L’image est numérisée et traitée par ordinateur. Les résultats peuvent conduire à la détection de cancers précoces de la vessie. « Notre dispositif évite de laisser dormir des cancers précoces qui peuvent ensuite devenir très invasifs » déclare Allan Rodriguez dans l’article.
La méthode exploitée par VitaDX a été testée sur 175 patients avec une sensibilité et une spécificité de plus de 90%, y compris sur les cancers précoces, à comparer aux 20 % obtenus avec la méthode classique d’observation des cellules au microscope en transmission.
VitaDX est à la recherche de 1,5 millions d’euros.