True Spirit est le lauréat de la 7 édition du Genopole Young Biotech Award, concours placé sous le haut patronage des ministères de la Recherche, de la Transition écologique et de l’Economie, qui soutient l’innovation favorable au développement durable. Deux prix spéciaux ont été décernés aux projets Les Nouveaux affineurs et Oïkos Sphere. L’annonce des lauréats 2017, sélectionnés par un jury*, s’est déroulée jeudi 7 décembre au Conseil régional d’Ile-de-France.

_

Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole.

« Cela a été très disputé. Les discussions ont été aussi passionnées qu’au festival de Cannes, chacun ayant sa vision, certains étant plus sensible à la composition de l’équipe, d’autres au modèle économique ou à l’originalité de l’innovation... A la fin, nous nous sommes mis d’accord sur les innovations auxquelles Genopole va pouvoir donner les meilleures chances de réusssite  » a déclaré Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole et président du jury.

True Spirit innove pour les viticulteurs et remporte le premier prix de 100 000 €

Le premier prix de 100 000 € revient à True Spirit. L’équipe a conquis le jury pour son appareil portable innovant qui va changer la vie des viticulteurs ! Les vignerons vont pouvoir s’en servir pour suivre en toute autonomie la qualité de leur vin aux différentes étapes de la vinification et réduire ainsi le recours aux analyses réalisées en laboratoires, plus longues et plus coûteuses.
L’appareil se présente sous la forme d’un boîtier. Il suffit de verser une

Hugo Grardel, co-fondateur de True Spririt, montre le fonctionnement de son appareil

goutte de vin dans une languette de plastique que l’on insère dans le boîtier pour l’analyse de douze paramètres essentiels au suivi de la production tels que le sucre, l’alcool, le pH ou différentes acidités).
True Spirit met en avant la précision de ces mesures grâce à une technologie innovante de spectroscopie et souligne également la rapidité d’analyse : une dizaine de minutes suffit pour tester quatre paramètres simultanément. Le gain est également financier. « Nous vendrons notre appareil à un prix fixe, le même qu’une année d’analyses en laboratoire, et ensuite il faudra seulement compter 2€ par consommable. Chaque consommable testant quatre paramètres en simultané  » précise Hugo Grardel, créateur de la sart-up, 24 ans, ingénieur, associé à Luv Valecha, 25 ans, ingénieur et Aurore Ceyrolle, 25 ans, également ingénieure.
La société a passé un accord avec trois châteaux, dont deux dans le Bordelais, qui testeront un démonstrateur en début d’année prochaine. « Nous allons pouvoir travailler la partie chimie et professionnaliser notre dispositif auprès d’experts à Genopole », se réjouit Hugo Grardel.

Les Nouveaux Affineurs, un prix spécial de 50 000 € pour ses fromages végétaux

Les Nouveaux Affineurs développent des fromages végétaux, en remplaçant le lait animal par des substrats issus d’oléagineux et de protéagineux. Ces fromages qui allient l’innovation biotechnologique au savoir-faire fromager artisanal, ont la particularité d’être proches du goût et de la consistance des fromages traditionnels.

Nour Akbaraly co-fondateur des Nouveaux Affineurs, entrepreneur en innovation et alimentation végétale

Ils participent à la transition alimentaire en présentant un avantage écologique certain : une réduction de 70% à 85% de la quantité d’eau consommée, des émissions des gaz à effet de serre et de la surface au sol nécessaire par rapport aux fromages classiques fabriqués à partir de lait d’animaux d’élevage. Le marché des produits d’alimentation végétale, en particulier les alternatives aux produits laitiers, est en pleine explosion, en Amérique du Nord comme en Europe. Or la France innove peu dans ce secteur, tandis que les pionniers dans ce domaine (américains notamment) n’ont pas de savoir-faire fromager local. « Nous avons l’ambition d’aider la France à devenir un leader mondial de l’alimentation végétale, déclare Nour Akbaraly (photo), 31 ans, ingénieur (Centrale–Lille) fondateur des Nouveaux Affineurs avec Damien Mat, docteur en sciences des aliments (Inra AgroParis Tech). On est très contents de cette reconnaissance de Genopole, Aujourd’hui, les prototypes sont en cours de finalisation. Nous attaquons 2018 dans l’objectif de démarrer la commercialisation, de lever des fonds et de recruter. Avec Genopole, nous allons pouvoir passer à l’échelle supérieure en R&D. Cela sera également un levier intéressant pour identifier des partenaires techniques et industriels dans le but de passer à l’étape pilote d’une petite unité de production ».

Oïkos Sphère, un prix spécial de 50 000 € pour sa solution naturelle de fertilisation des sols

Paola Ceccato et Chloé Blanc mettent leurs compétences scientifiques au service d’une cause qui leur tient à coeur

Chloé Blanc, 28 ans et Paola Ceccato, 26 ans, sont toutes deux ingénieures en physique et informatique. Elles ont, pour autre point commun, une cause qui leur est chère : l’économie sociale et solidaire. Leur innovation concilie leurs deux terrains d’entente. Elles ont en effet, conçu ensemble un bioréacteur de taille moyenne qui optimise, par un procédé de fermentation en anaérobie, le potentiel de fertilisation de matières végétales issues de l’agriculture bio et rend possible une production à échelle locale. Cet équipement s’adresse aux agriculteurs (plus largement aux services espaces verts des collectivités) soucieux de ne pas utiliser de fertilisants chimiques. La solution d’Oïkos Sphère s’inspire de méthodes ancestrales mais réinvente les procédés de fabrication, grâce à un système de contrôle temps réel. Connecté, le bioréacteur enregistre des données à très grande échelle, issues de l’ensemble du réseau de producteurs d’Oïkos Sphère. Ces données sont finement analysées pour améliorer encore l’action fertilisante des mélanges végétaux, augmenter leur capacité à être assimilables par les plantes et celle des sols à stocker l’eau.
Le projet permet aux utilisateurs (agriculteurs, associations, collectivités…) de « devenir des soignants du sol » et aux agriculteurs bio producteurs d’acquérir une nouvelle source de revenus, moyennant un droit d’entrée de 5 000 euros. Il s’inscrit en cela dans une démarche d’économie sociale et solidaire. Grâce à ce modèle, les agriculteurs sont en mesure de garder « la main » sur leurs cultures, d’augmenter leurs rendements tout en conservant les principes d’une agriculture biologique.
« On est très heureuses ! 50 000 € c’est énorme ! Cet accompagnement de Genopole va nous aider à nous poser les questions plus en profondeur pour consolider notre modèle économique, réagit Chloé Blanc à l’annonce du prix. Cela fait plaisir de voir qu’un écosystème biotechnologique d’une aussi grande envergure que Genopole donne du crédit à un concept social et solidaire ».

Genopole félicite également les deux autres finalistes :
- Alkinnov qui a mis au point une technologie de biostimulation des gènes des végétaux en réacteur pour la production de molécules naturelles.
- Screenseed qui développe une solution automatisée de découvertes de molécules utiles au traitement des semences.

Pierre Nougué, explique la 4e révolution industrielle

Pierre Nougué : conférence sur la 4e révolution industrielle

Genopole remercie Pierre Nougué, président fondateur de CleanTech Open France, partenaire du concours, pour son intervention lors de la cérémonie de remise des prix au Conseil régional d’Ile-de-France : « Les biotech et les cleantech au cœur de la 4e révolution industrielle », définie comme l’avènement d’une nouvelle ère caractérisée par la fusion de la biologie, de la physique et du numérique.
La conférence a été suivie d’un dialogue avec Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole, qui a expliqué la stratégie développée par Genopole pour soutenir le développement de biotechnologies conformes aux exigences du développement durable : solutions alternatives à l’utilisation du pétrole, bioprocédés de dépollution, process industriels moins polluants et moins énergivores...

Un grand merci à nos sponsors et partenaires

Genopole remercie ses sponsors partenaires dont l’apport financier (Chimex) et l’offre de services (expertise juridique, étude de marché, gestion à l’international, propriété intellectuelle, financement de l’innovation, formation aux pitchs… ) apporte aux lauréats un soutien global couvrant les besoins fondamentaux d’une start-up pour sa croissance.

*Le jury est constitué de : Alain Pinchart, directeur des opérations chez Chimex, Riadh Shaiek de Demeter Ventures, Guillaume Baxter de Sofinova, Frédéric Pâques de Global Bioenergies, Marc Chevrel d’Arbiom, Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole, Daniel Vasmant, directeur de Genopole Entreprises, Hélène Virasith, chargée du projet concours à Genopole.

Légende de la photo en haut d’article : Les lauréats : au centre, les vainqueurs : Hugo Grardel et Aurore Ceyrolle de True Spirit, plus à gauche Paola Ceccato et Chloé Blanc de Oïkos Sphère, Nour Akbaraly et Damien Mat de Les nouveaux affineurs.
Les sponsors et partenaires de gauche à droite : Pascaline Le Berre de TKM Philippe Beauregard de Brunswick, Marianne Duranton, présidente de Genopole, Nicolas Bonnet d’Efficient Innovation, Alain Pinchart de Chimex, Jean-Marc Grognet, directeur général de Genopole, Martin Trouillet chez Anaxago, Herman Ayosso de ACM.

© photo : Lionel Antoni