Dans le cadre de la semaine de l’Industrie sous le haut patronage du ministère du Redressement productif le 3ème prix Norbert Ségard du jeune ingénieur créateur a récompensé Antoine Hubert, dirigeant de la société Ynsect labellisée Genopole.

Ynsect : prix Norbert Ségard du jeune ingénieur créateur

Le prix Norbert Ségard du jeune ingénieur créateur a pour objectif :
- de favoriser la création d’entreprises technologiques innovantes par de jeunes ingénieurs ou docteurs.
- de les accompagner par une contribution financière dans la phase de mise au point de leur projet ou au démarrage de l’entreprise.
- met en œuvre les conditions favorables permettant aux jeunes pépites de passer le cap de la création de l’entreprise et de viser des marchés pérennes

Antoine Hubert (31 ans), YNSECT, pionnier des bioraffineries d’insectes

YNSECT, lauréat du concours Genopole 2013 dans la catégorie Potentiel industriel, est aux prémices d’une nouvelle filière industrielle, avec ses technologies innovantes d’élevage et de transformation, via des insectes, de résidus organiques en produits alimentaires (protéiques, peptides, lipides, etc.) et non alimentaires (chitines et dérivés, engrais, etc.). Les applications sont multiples : pharmaceutique, cosmétique, énergie, plastique, nutrition, l’optimisation de la gestion des déchets, l’alimentation humaine et la nutraceutique, l’alimentation des poissons, porcs et volailles et animaux domestiques (de 3 milliards en France en 2011). La première génération de produits est issue de la biotechnologie Tenebrio molitor (coléoptère). Un projet de recherche interne (d’un budget de 100 k€) en cours est fondé sur la technologie de production automatisée du Tenebrio Molitor pour améliorer les techniques d’élevage et les modèles de rendement. Un pilote d’élevage sera bientôt lancé à Genopole ainsi que des procédés de transformation des larves de Tenebrio Molitor, respectueux de l’environnement (collaboration avec l’Ifremer). (4 brevets en cours). YNSECT fait partie d’un partenariat public-privé BRIDGE 2020 dans le cadre du Plan stratégique de recherche et innovation de la Commission européenne pour la période 2014-2020 (2,8 milliards € pour le seul secteur de la bio-industrie) ; et d’un consortium public/privé (AgroParisTech, CEA, CNRS, INRA et IRSTEA, et IPV Food) autour du projet Desirable. Sélectionné par l’ANR (3 millions d’euros pour une période de 4 ans à partir de 2014), il a pour objectif d’évaluer la performance de la larve de mouche soldat et du ver de farine pour l’alimentation des animaux insectivores, et d’étudier l’impact social et environnemental de la filière de l’insecte.