A peine un soupçon de fatigue et beaucoup d’enthousiasme dans les yeux de Rose Berthomé, Jérémy Armetta, Yanis Khenniche et leur supervisor Ioana Popescu ! Ces membres de l’équipe iGEM Evry Paris-Saclay revenaient de Boston avec une médaille d’or attribuée le 14 novembre par le jury de la célèbre compétition de biologie de synthèse.

L’équipe constituée par une quinzaine d’étudiants de Master des universités d’Evry et de Paris-Saclay (Biologie Systémique et Synthétique mSSB, microbiologie, chimie, droit des affaires, design...) a œuvré chaque jour pendant des mois pour monter une véritable entreprise mobilisant science, technologies, étude de marché, aspects juridiques et sociétaux.

Equipe iGEM Evry Paris-Saclay 2017
De droite à gauche
1er rang : Céline Pophillat - Paul Del Ricon - Yassine Fernane
2e rang : Ioana Popescu - Jérémy Armetta - Rose Berthomé - Cylia Bouchachi
3e rang : Oussoufa Hassani - Antonin Cros - Morane Beaumet
4e rang : Maxime de la Fouchardière - Yanis Khenniche - Hichem Maslah - Jason Leonard

Leur projet : produire biologiquement le psicose

Leur projet « Psicose » n’est pas un mauvais jeu de mot mais le nom d’un sucre rare. Edulcorant non assimilable par l’organisme et de faible pouvoir calorique, le psicose serait un parfait substitut au sucre si sa synthèse chimique n’était pas si chère et polluante.

Voyant là l’opportunité de répondre à un problème de santé publique et de lutter contre le diabète et l’obésité, l’équipe s’est mobilisée pour mettre au point la production de psicose par voie biologique, par une bactérie ou des enzymes. Confrontés à l’obstacle d’un faible rendement de la réaction enzymatique, ils sont parvenus à développer un biocapteur pour optimiser l’enzyme. Intégré dans un procédé de mutagenèse aléatoire et cycles successifs de screening, ce biocapteur permet la sélection par fluorescence du meilleur enzyme. C’est un outil qui pourra être appliqué à d’autres procédés industriels de biocatalyse.

Il reste encore un peu de chemin à parcourir pour bioproduire le psicose. Mais si l’équipe n’a pas pu obtenir de prix, l’exploration des divers axes du projet et la réponse à l’ensemble des critères du concours iGEM l’a récompensée d’une médaille d’or bien méritée.

Ces réalisations ont été possibles grâce à l’accueil de l’équipe dans les locaux du laboratoire iSSB (Laboratoire de Biologie systémique et synthétique d’Evry) et au soutien financier de Genopole, Paris-Saclay, l’Université d’Evry et l’agglomération Grand Paris Sud.
Genopole a contribué à hauteur de 15 000 Euros et ouvert l’accès aux équipements de sa plate-forme de biologie de synthèse abSYNTH.

« Nous voulons montrer qu’il y a de l’excellence en France  »

« iGEM est une aventure incroyable à vivre que nous voulons partager en passant le témoin et soutenant la formation d’une équipe 2018 » s’enthousiasment les 3 porte-parole de l’équipe. Fiers de représenter la France et Genopole à Boston, les étudiants espèrent susciter l’intérêt des chercheurs et entreprises du biocluster pour bénéficier de conseils et d’expertises pour la prochaine édition iGEM. « Nous voulons montrer qu’il y a de l’excellence en France et qu’il est possible de concurrencer le MIT et Harvard ».

- Rendez-vous le 4 décembre à 17h pour la conférence de l’équipe iGEM 2017
Salle de conférence de Genopole
Genopole Campus 1 - Bâtiment 8 (porte 810)
5 rue Henri Desbruères - Evry