L’objectif des Actions Thématiques Incitatives de Genopole (Atiges) est de contribuer à l’émergence de futurs leaders scientifiques, en offrant à des chercheurs titulaires la possibilité de créer une équipe au sein d’une unité de recherche déjà implantée sur le biocluster.

A qui s’adresse l’allocation Atige ?

Les programmes Atiges, d’une durée de trois ans maximum, s’adressent à des chercheurs disposant d’un poste au sein d’un organisme public de recherche ou susceptibles d’en obtenir un rapidement avant l’attribution de l’Atige.

Les projets de recherche doivent s’inscrire dans les domaines d’intérêt de Genopole :
génomique, post-génomique, biothérapies, bio-informatique, bio-physique, sciences pour l’ingénieur appliquées à la biologie à grande échelle (transcriptomique, protéomique, métabolomique, biologie systémique, biologie de synthèse...).

Un soutien sur 3 ans pour créer une nouvelle équipe de recherche

Les bénéficiaires d’Atiges sont choisis par un comité scientifique indépendant à l’issue d’un appel à candidatures annuel lancé par Genopole. Après sélection des projets, un financement de 250 K€ HT sur 3 ans (charges et frais de gestion inclus) est alloué avec possibilité d’engager des aides techniques (CDD), des doctorants ou post-doctorants afin de constituer une équipe.

Par ailleurs, afin de renforcer la recherche d’excellence au sein du biocluster Genopole, les chercheurs non titulaires mais porteurs d’un financement ERC peuvent également candidater à l’appel à projets Atige.

- Vous voulez participer à l’appel à projet ATIGEs 2017, cliquez ici pour y répondre !

Les Atiges depuis 2001

La majorité des équipes Atiges restent à Genopole à la fin de leur projet.

Depuis 2001, 27 Atiges (dont une financée par l’AFM) ont été mises en place par Genopole pour une durée de trois ans. À fin 2016, 5 Atiges sont encore en cours. Sur les 22 Atiges terminées, 13 ont été maintenues dans leur laboratoire d’accueil, 2 ont créé une nouvelle unité de recherche à Genopole et 7 ont quitté le biocluster, soit un taux de succès de 68 %.

Développée en partenariat avec l’Université d’Evry, l’Atige 2014 enrichit le biocluster de l’expertise en neuroscience d’Alexandre Maucuerson. Le projet mis en place au sein du laboratoire Structure et Activité des Biomolécules Normales et Pathologiques (SABNP) apporte des connaissances nouvelles sur l’épissage de l’ARN, un mécanisme clé de l’expression de l’information génétique, impliqué en particulier dans des maladies neurodégénératives et le cancer.

L’Atige 2015 attribuée à Guillaume Vogt permet la mise en place d’une nouvelle équipe au sein du Centre National de Recherche en Génomique Humaine afin d’y développer un programme d’étude pour l’identification des bases génétiques d’une dysfonction sexuelle masculine.

L’Atige 2016 est spécifiquement dédiée aux biomathématiques et renforcera cette discipline au sein de Genopole. Le porteur du projet Guillem Rigaill développera dans le laboratoire LaMME des modèles innovants pour l’analyse génomique et l’étude des régulations de l’expression génétique. Il s’est impliqué dès son arrivée dans un projet de cours de haut niveau dont la programmation fédère de nombreuses équipes génopolitaines.

#Biocluster #Biotechnologies #Laboratoires