Menu menu
  • Flux RSS
  • Twitter
  • Facebook
  • Google Plus
  • LinkedIn
  • YouTube

Avancées scientifiques

Vue sur un nouveau phénomène biologique

2018

Un pan entier de la biologie est en train de naître : de nouveaux compartiments cellulaires ayant des propriétés liquides ont été découverts. Ils sont directement impliqués dans certaines maladies neurodégénératives et des cancers. Le laboratoire SABNP (Structures et Activité des Biomolécules Normales et Pathologiques – laboratoire UEVE/Inserm labellisé Genopole), dirigé par David Pastré, est l’un des rares groupes en France à proposer à la communauté scientifique un outil méthodologique pour étudier le (...)

#Biotechnologies #Laboratoires #Nanotechnologies

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Analyser les protéines via un nanopore

2018

Une collaboration interdisciplinaire associant des chercheurs du Lambe situé à Genopole (Laboratoire Analyse et modélisation pour la biologie et l’environnement - Université d’Evry /Université de Cergy-Pontoise / CNRS), de l’Hôpital Lariboisière et de la PME Excilone a abouti à la mise au point d’un dispositif capable de repérer des quantités infinitésimales de protéines de courtes séquences (peptides). Les peptides sont détectés et caractérisés par leur passage à travers un nanopore naturel. A terme, le (...)

#Laboratoires #Nanotechnologies #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Les secrets des océans

2018

L’analyse des milliers d’échantillons de plancton collectés par Tara Oceans continue de délivrer ses mystères. Deux nouveaux articles, publiés dans Nature Communications fin janvier 2018, explorent cette fois-ci des organismes planctoniques un peu plus grands, représentant un échelon intermédiaire fondamental dans la chaîne alimentaire des océans. Une nouvelle découverte de plus de 100 millions de gènes, dont plus de la moitié jusqu’alors inconnus.
Après l’exploration génomique des organismes les plus (...)

#Environnement #Génomique #Laboratoires

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Myopathie : thérapie génique en bonne voie

2018

Les premiers résultats d’un essai de thérapie génique pour une forme particulièrement grave de myopathie, la myopathie myotubulaire, sont très encourageants.
Faisant suite à un travail de recherche de huit années mené par l’équipe d’Ana Buj-Bello de Généthon et à des résultats pré-cliniques concluants (voir l’article correspondant), un essai clinique international a été lancé en septembre 2017 par Audentes Therapeutics pour tester la sécurité et l’efficacité du médicament de thérapie génique mis au point par (...)

#Laboratoires #Thérapie génique #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Bientôt la thérapie cellulaire pour l’œil

2017

L’équipe de l’Institut des cellules souches I-Stem dirigée par Christelle Monville, en collaboration avec l’Institut de la Vision, a pu améliorer la vision de rats atteints d’une rétinite pigmentaire d’origine génétique grâce à une méthode innovante de greffe d’un pansement cellulaire issu de cellules souches embryonnaires.
« C’est la première fois que l’on constitue un patch cellulaire avec des cellules souches embryonnaires et une membrane amniotique humaine » annonce Christelle Monville. L’équipe (...)

#Cellules souches #Laboratoires #Thérapie cellulaire #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Un standard pour étudier notre microbiote

2017

Photo © Christophe Hargoues/Genopole : Plate-forme de séquençage du laboratoire Genoscope
En 2010 avait été publié le catalogue des gènes de la flore intestinale humaine suite au grand projet international MetaHIT (Metagenomics of the Human Intestinal Tract). Le Genoscope avait participé à ce travail d’envergure, qui marquait le point de départ d’une nouvelle compréhension du microbiote humain et de son influence capitale pour la santé : l’homme et les bactéries qui l’habitent fonctionnent en véritable (...)

#Génomique #Laboratoires #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Des pistes pour les cancers

2017

L’équipe « Génomique fonctionnelle et épigénétique des tumeurs », dirigée par Claude Gazin et soutenue par Genopole, le CEA et le CNRS, associée avec des chercheurs du Howard Hughes Medical Institute (UMASS Medical School), de la Faculté de Pharmacie de Lyon et de l’Institut Curie (CNRS UMR 3348 « Instabilité Génétique et Cancérogenèse »), a publié dans Nature Communications le 25 septembre 2017 des résultats ouvrant la voie à de nouvelles pistes thérapeutiques dans certains types de cancer.
Un crible de « (...)

#Génétique #Laboratoires #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Une première pour la myopathie de Duchenne

2017

Des chercheurs de Généthon, en collaboration avec l’UMR 1089 Inserm/Université de Nantes et l’université de Londres (Royal Holloway), sont parvenus à traiter avec succès par thérapie génique des chiens atteints naturellement de la myopathie de Duchenne.
Le gène-médicament a été apporté par voie intraveineuse, donc dans le corps entier des chiens. Il s’agit d’une version raccourcie, mais néanmoins fonctionnelle, du gène de la dystrophine, gène altéré dans cette maladie. La micro-dystrophine ainsi produite a (...)

#Laboratoires #Thérapie génique

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Un mécanisme original d’agrégation moléculaire

2017

Photo : © Lionel Antoni / Genopole
Le laboratoire SABNP (Structure et Activités des Biomolécules Normales et Pathologiques, U1204), unité mixte Inserm - Université d’Evry-Val-d’Essonne labellisée Genopole, a publié le 28 juin 2017 une étude originale sur les mécanismes de formation d’agrégats protéiques insolubles dans des maladies neurodégénératives.
TDP-43 et FUS sont des protéines impliquées dans le métabolisme de l’ARN (transcription, épissage, transport – étapes-clés de l’expression génique). Leur (...)

#Laboratoires #Plates-formes mutualisées #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires

Vers la thérapie génique de la myopathie (...)

2017

Une nouvelle étape a été franchie par l’équipe du Dr Ana Buj Bello du laboratoire Généthon. En collaboration avec des équipes américaines, en particulier de l’Université de Washington, les chercheurs ont démontré l’efficacité d’un traitement de thérapie génique par voie intraveineuse chez des chiens naturellement atteints de la myopathie myotubulaire* (Molecular Therapy du 5 avril 2017).
Le vecteur de thérapie génique développé et produit par l’équipe de Généthon et son administration par une simple (...)

#Laboratoires #Thérapie génique #Santé

  • Lire la suite
  • Articles similaires