Campus

Premier biocluster français, Genopole est un incubateur de projets d’excellence dédié aux biotechnologies. Situé à Evry-Courcouronnes, il offre un environnement unique aux chercheurs et aux entrepreneurs qui souhaitent innover et faire avancer la recherche.

Découvrir >

Offres

Que vous soyez chercheur, post-doctorant ou une jeune startup, Genopole vous accompagne à toutes les étapes de votre projet pour vous offrir les meilleures conditions possibles de développement business.

Découvrir >

Genopolitains

Chaque jour à Genopole chercheurs, entrepreneurs et étudiants se croisent, cohabitent et collaborent, pour une véritable émulation au service de l’innovation.

Découvrir >

Temps forts

Donner de l’envergure à la recherche et au travail de notre communauté fait aussi partie de nos missions à Genopole. Retrouvez les dernières avancées scientifiques, les succès des acteurs de la biotechnologie et les événements qui animent notre biocluster.

Découvrir >

Innover à nos côtés

Découvrir >
Temps forts

Des étoiles plein les yeux de l’équipe iGEM Evry Paris-Saclay


Du 2 au 5 novembre 2023, la grande compétition internationale de biologie de synthèse iGEM fêtait ses 20 ans en France, à Paris Expo.
Equipe iGEM 2023 Evry Paris-Saclay - Médaille d'or et prix du meilleur Hardware avec leur projet OptoGenEYEsis. Equipe iGEM 2023 Evry Paris-Saclay - Médaille d'or et prix du meilleur Hardware avec leur projet OptoGenEYEsis.

Plus de 7000 étudiants et professionnels du domaine étaient rassemblés, dont Genopole, présentant son offre sur son stand et soutenant l’équipe Évry Paris-Saclay.
Les 17 étudiants, qui concourraient avec 400 équipes de 66 pays du monde entier, ont réalisé un très beau palmarès avec leur projet OptoGenEYEsis.

L’équipe évryenne est médaillée d’or pour avoir rempli tous les critères scientifiques et techniques du concours, fait partie des 4 nominés pour le prix du meilleur outil Software et surtout, remporte pour la première fois le prix du meilleur Hardware, récompensant la conception d’un automate multifonction de laboratoire novateur, miniaturisé et piloté par intelligence artificielle.

Ioana Popescu, enseignant-chercheur qui encadre l’équipe depuis 7 ans, et Georges Sainte-Rose, étudiant activement impliqué dans l’équipe évryenne depuis 3 ans, lauréat du programme Shaker de Genopole en 2022, témoignent.

Ioana Pospescu - Enseignant-chercheur en biologie de synthèse et ingénierie métabolique - UMR830 Génomique métaboliqueIoana Popescu, enseignant-chercheur en biologie de synthèse et ingénierie métabolique (UMR 8030 Génomique Métabolique CEA-CNRS-UEVE, Genoscope), responsable des équipes iGEM évryennes depuis 2017 :

Qu’est-ce qui vous motive à continuer d’encadrer chaque année la nouvelle équipe évryenne pour la compétition iGEM?

Ioana : « En faisant iGEM, chaque année je change de sujet de recherche, je découvre des nouvelles thématiques, je consulte des articles scientifiques que je n’aurais peut-être jamais trouvé le temps de lire…, c’est très passionnant.
Je ne m’ennuie jamais !
Et bien sûr, ce qui me motive est aussi d’aider des étudiants, qui arrivent là avec leurs rêves, à grandir. Cependant, je les ramène toujours à la réalité, ce qui est possible, ce qui ne l’est pas. J’essaie de les encadrer pour faire en sorte que toutes les expériences soient faites d’une manière rigoureuse, à leur faire pointer tous les contrôles qu’on doit avoir pour pouvoir tirer des conclusions basées sur des données pertinentes. Certains étudiants sont passionnés, travailleurs, persévérants même quand ils se rendent compte de la quantité de travail et d’expériences qu’il faut faire, et d’autres trouvent ça ennuyant parce qu’ils n’arrivent pas à faire aussi vite.
 »

Qu’est-ce qui est difficile dans la compétition iGEM ?

Ioana : « C’est le stress car on n’a pas une heure, on n’a pas une minute à perdre parce qu’il y a énormément de travail à faire.
C’est stressant sachant que les étudiants pensent qu’ils ont le temps. On a des contraintes liées à la biologie elle-même qui ne laissent pas le temps de se tromper.
 »

Vous qui encadrez l’équipe depuis des années, qui êtes responsable du master, comment voyez-vous l’avenir de la biologie de synthèse ?

Ioana : « Je vois une autre manière de concevoir la biologie en tant que science.
La révolution de la chimie synthétique nous a permis de vivre plus longtemps et en meilleure santé.
Je pense que c’est ce qui va se passer aussi avec la biologie. Ce n’est que le début.
La biologie de synthèse peut vraiment changer nos vies, apporter des solutions pour la santé mais aussi pour l’environnement, découvrir et créer de nouveaux médicaments, recycler nos déchets.
 »

Que représente iGEM ?
Qu’est-ce qui vous attire particulièrement dans la biologie de synthèse ?

Ioana : « Participer à la compétition iGEM et notamment à la Grand Jamboree ça donne de l’espoir pour l’avenir.
Voir autant de jeunes qui sont là, vraiment passionnés par ce qu’ils font, fiers de leurs projets, de la solution qu’ils ont trouvée pour sauver le monde.

A la Grand Jamboree, les étudiants découvrent tous les autres champs d’applications possibles, pas juste ce qui est fait dans le laboratoire où ils menaient leur projet. Ils vont ensuite aller dans des laboratoires partout dans le monde, que ce soit dans le public ou le privé, et venir avec cette façon d’aborder les défis de la biologie.
Je pense que la biologie de synthèse n’est pas un un sous-domaine de la biologie, mais une approche, une autre façon de penser la biologie.
 »

Georges Sante-Rose - Entrepreneur, Synthetic Biologist, Web & Software developerGeorges Sainte-Rose, étudiant en Master 2 Systems and Synthetic Biology (mSSB) et membre de l’équipe Évry Paris-Saclay depuis 3 ans, lauréat en 2022 de l’édition 10 du Shaker (programme d’incubation de startup innovante au Genopole) :

Qu’est-ce qui vous motive à participer à ce projet iGEM ?

Georges : « L’innovation, la science ! C’est une si riche opportunité d’avoir dans notre parcours étudiant l’accès à des projets de portée mondiale, une subvention conséquente nous permettant de travailler durant de nombreux mois, l’accès à un laboratoire, en somme le rêve de tout étudiant scientifique passionné. Quelle formidable aventure, nous permettant d’accumuler de l’expérience, de développer des technologies intéressantes pouvant nous servir pour un prochain sujet de recherche doctoral, et le reste de notre parcours ! »

Et qu’est-ce que le concours iGEM vous apporte ?

Georges : « Tout ! La microfluidique digitale, technologie m’ayant ouvert les portes de nombreuses opportunités académiques et professionnelles, je l’ai découverte durant mes recherches pour le sujet iGEM 2021. C’est de là que crescendo j’ai gagné en expérience, j’ai commencé à prototyper, puis j’ai été sélectionné au sein du prestigieux incubateur de startup Shaker à Genopole.
Je reparticipe à nouveau à l’iGEM pour accroître encore plus ma compétence sur ce domaine mais aussi faire connaître cette technologie au monde, parce qu’on a quand même accès ici à plus de 60 pays ; on est sur une scène internationale, avec des possibilités de rencontres, de promotion et de réseautage phénoménales. On parle à des équipes du monde entier et tout le monde prend conscience de la microfluidique digitale en passant sur notre stand donc c‘est vraiment une opportunité de publicité extrêmement intéressante.
 »

Pourquoi la biologie de synthèse vous intéresse particulièrement ?

Georges : « C’est le futur !
On peut par exemple imaginer la bioproduction de quasiment n’importe quel composé organique de haute valeur ajoutée dans des châssis de type microalgues, ne nécessitant qu’eau de mer, soleil, et apports minéraux mineurs, par exemple issus de l’assainissement des eaux.
Je suis passionné par la création d’outils innovants qui apportent des solutions à des problèmes concrets.
Rejoignant l’intelligence artificielle, le quantique et les semi-conducteurs, la biologie synthétique fait partie depuis octobre 2023 des 4 grands secteurs technologiques de pointe, reconnus comme essentiels par l’Europe en termes de sécurité économique et d’enjeux géopolitiques, pour faire face aux défis actuels et futurs, qu’ils soient industriels ou écologiques.
La biologie de synthèse, c’est vraiment le futur !
Le domaine n’a pas été à la hauteur des premiers espoirs en termes d’opportunités économiques, alors que c’était le rêve initial depuis 20 ans, principalement parce qu’il manquait de nombreux outils, comme toutes ces technologies d’IA et d’automatisation du travail à grande vitesse. Aujourd’hui, c’est vraiment en train de changer, les IA et les plateformes d’automatisation commencent à permettre de tester des milliers de constructions génétiques possibles à très haut débit et de garder les meilleures.
Les solutions d’automatisation abordables, performantes et intelligentes me semblent vraiment l’élément clé pour faire sauter les verrous et atteindre l’âge d’or de la biologie de synthèse et des biotechnologies en général.
Le travail pénible et lent de recherche, quasiment artisanal, pipette à la main, je ne suis pas persuadé que ça perdure d’ici une ou deux décennies.
 »

CitationIoana et les membres de l’équipe réagissant à l’annonce du prix Best Hardware :
« On est très heureux parce que ça faisait 10 ans qu’on n’avait pas eu de prix. Ça récompense le travail de toute l’équipe et surtout celui de Georges.
C’est une formidable opportunité pour continuer à développer cette technologie.
 »

Une équipe pluridisciplinaire enthousiaste

L’équipe Evry Paris-Saclay était composé cette année de 11 étudiants de l’Université d’Évry Paris-Saclay dont 6 du master mSSB, une étudiante du Muséum National d’Histoire Naturelle débutant une thèse au Genoscope, 5 élèves-ingénieurs de CentraleSupelec et un de l’Ecole Polytechnique, consolidant ainsi le lien avec le territoire de Paris-Saclay.

Equipe Evry Paris-Saclay 2023 est composé de 17 étudiants

Le projet OptoGenEYEsis : améliorer les traitements des maladies de la vision

projet de l’équipe iGEM Evry Paris-Saclay OptoGenEYEsis Le projet de l’équipe iGEM Evry Paris-Saclay « OptoGenEYEsis » présenté à la Grand Jamboree iGEM 2023 vise à exploiter le potentiel de la biologie de synthèse et l’évolution dirigée pour améliorer l’efficacité, aujourd’hui insuffisante, des thérapies géniques des maladies de la vision.
L’objectif final est de transformer les cellules rétiniennes survivantes, mais non sensibles à la lumière, en photorécepteurs artificiels en introduisant des opsines microbiennes.
En effet, ces traitements utilisent les propriétés de ces protéines photosensibles. L’approche, appelée « optogénétique », combine les principes de la biophotonique (l’utilisation de la lumière pour l’étude du vivant) et du génie génétique, d’où le nom donné par l’équipe iGEM Évry Paris-Saclay au projet présenté à la Grand Jamboree iGEM 2023.

Les opsines sont naturellement présentes dans nos cellules photoréceptrices et transforment la lumière en un signal électrique que notre cerveau perçoit et traduit en image. Chez les personnes atteintes de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) ou de rétinite pigmentaire, les cellules photoréceptrices se dégradent progressivement, et les opsines qu’elles produisent disparaissent avec elles. Cela conduit à une perte de vision, puis une cécité.
La thérapie génique consiste à faire produire des opsines aux cellules neuronales qui subsistent, normalement non productrices. Les opsines animales sont trop complexes mais il est possible d’y parvenir avec des opsines microbiennes, de fonctionnement plus simple et dont les gènes, plus petits, peuvent être insérés dans des vecteurs de thérapie génique. Cependant, les opsines microbiennes actuellement testées en essai clinique révèlent un spectre d’absorption étroit, une faible sensibilité à la lumière et une conversion peu efficace de la lumière en signal électrique dans le système nerveux.

Comment optimiser les opsines microbiennes ?
C’est ce que l’équipe iGEM Évry Paris-Saclay a entrepris de résoudre dans son projet OptoGenEYEsis, en travaillant sur plusieurs axes :

  • La recherche d’opsines plus efficaces dans la nature, en suivant les conseils des chercheurs de Genoscope impliqués dans le projet Tara Oceans, à partir des données de séquences d’ADN de micro-organismes marins, vivant pour certains dans des profondeurs de faible intensité lumineuse ;
  • La recherche d’une méthodologie de criblage des opsines et le développement de l’outil technologique associé ;
  • L’obtention d’opsines améliorées par évolution dirigée, à l’aide de l’outil Evolution.T7 développé par l’équipe iGEM Évry Paris-Saclay en 2021
  • Pour améliorer l’identification d’opsines performantes, le développement d’un appareillage permettant l’automatisation du criblage par microfluidique digitale.
    La méthode, émergente et extrêmement prometteuse, automatise à très haut débit non seulement le test d’efficacité des opsines dans des micro-gouttes d’eau, mais permet aussi d’automatiser la quasi-totalité des protocoles de laboratoire mis en œuvre tout au long du projet.
    C’est une véritable micro-biofonderie multifonction, pilotée par intelligence artificielle.

C’est ce dernier axe de travail qui a valu à l’équipe de remporter le prestigieux prix Best Hardware et d’être nominé pour le prix Best Software Tool.
Ce prix spécial place l’équipe d’Évry Paris-Saclay en tête d’une centaine d’équipes en lice dans la catégorie Overgrade (plus de 23 ans), représentantes pour certaines d’universités de niveau mondial (MIT, Harvard, Stanford…), et la nomination pour le prix Software la classe parmi les 4 meilleures équipes Overgrade.
Le dernier prix remporté par les équipes de Paris-Saclay, le prix Best Human Practices, datait de 2013.

Genopole soutient les équipes iGEM évryennes depuis 2012


Genopole, qui soutient financièrement les équipes iGEM évryennes chaque année depuis leur création en 2012, se réjouit de ce succès.
Le biocluster, pionnier de la biologie de synthèse en France dès les années 2010, et aujourd’hui fortement investi dans le développement des biotechnologies industrielles et environnementales, au profit d’une bioéconomie décarbonée et durable, sera bien sûr fidèle au rendez-vous d’iGEM 2024.

Article posté le 22 novembre 2023

Partager
Temps forts

Les dernières actualités


Programme national d’envergure PEPR Biothérapies et Bioproduction, co-piloté par Cécile Martinat, est piloté par le CEA et l'Inserm

4 laboratoires du biocluster au pilotage du PEPR Biothérapies

Lancé fin 2023 dans le cadre du plan France 2030, le PEPR Biothérapies et Bioproduction est co-piloté par Cécile Martinat de l’I-Stem. Il vise à placer la France en pointe dans le domaine clé des biomédicaments. 3 projets prioritaires sont portés par des laboratoires génopolitains.

Découvrir
Mission Genopole à Dubaï Janvier 2024 De gauche à droite : Vinicius de Thomaz Domingues (IN5), Radhia M’kacher, Christophe Tarabout, Ammar Ali (Dubaï Science Park), Cyril Bauvais, Laurence Lacroix-Orio, Vincent Barouki, Paul Caroën, Alexis Biton.

Genopole en mission sur la Péninsule arabique

Dans le cadre de sa mission d’accompagnement à l’international, Genopole construit de nouveaux liens avec la Péninsule arabique. Après un événement Visa4Biotech pour informer les sociétés génopolitaines des opportunités de ce marché, une mission a été conduite aux Emirats Arabes Unis.

Découvrir
©Lionel Antoni - Plateforme d'irradiation expérimentale du LRGK - Plateforme génopolitaine mutualisée avec les acteurs de la communauté scientifique francilienne

PF d’irradiation expérimentale pour la communauté scientifique francilienne

Genopole met au service de la communauté scientifique francilienne une plateforme d’irradiation expérimentale équipée d’un générateur de dernière génération.

Découvrir
Lauréats de la promo 3 du programme Gene.iO - Genopole

Les actualités des pépites de la promo Gene.iO #3

Alga Biologics, Fungu'it et Alt Biotech, 3 pépites Gene.iO récompensées pour leurs innovations. Alga Biologics rejoint l'index French Blue Tech, édité par par le Cluster Maritime Français. Fungu’it et Alt Biotech rejoignent le programme d’accompagnement et de financement 212 Founders de CDG Invest.

Découvrir
Appel à idées Genopole / CHSF

AII #6 : 8 lauréats, enjeux pour les patients et la recherche médicale

La 6e édition de l’Appel à idées innovantes de Genopole retient 8 nouvelles idées d’innovation biomédicale imaginées par les personnels du Groupement hospitalier de territoire Ile-de-France Sud (GHT).

Découvrir
Logo Lambe - laboratoire génopolitain

Lambe : Associer un nanopore naturel et l’IA pour détecter les kinines

Une équipe du Lambe valide la méthode nanopore associée au machine learning pour identifier et quantifier des biomarqueurs peptidiques dans le sérum sanguin.

Découvrir
Genoscope UMR Metabolic Genomics

Equipe Sysfate : Cartographier en 3D l’activité des organes

L’équipe Sysfate (Unité de Génomique métabolique – Genoscope) a mis au point une méthode de cartographie tridimensionnelle de l’activité biologique des tissus, utile à la compréhension de la complexité des organes, ainsi qu’à l’étude de leur développement ou de l’impact des maladies.

Découvrir
Genopole en mission exploratoire au Japon et en Corée du sud - octobre 2023

Genopole en mission au Japon et en Corée du sud

Une équipe de Genopole s’est rendue au Japon puis en Corée du sud, pour présenter Genopole et plusieurs sociétés accompagnées à des grands groupes pharmaceutiques, des investisseurs et des bioclusters, en quête d’innovations biotechnologiques et ouverts aux partenariats à l’international.

Découvrir
Ibisc - laboratoire génopolitain

IBISC – Prédiction de la structure des complexes d’ARN

Le laboratoire IBISC (Université d’Evry Paris-Saclay) a créé un outil bioinformatique qui prédit la structure de complexes formés de plusieurs ARN, aux fonctions biologiques majeures dans la cellule.

Découvrir
Les rencontres de l'appel à idées innovantes - Genopole / CHSF - Edition 2023

Rencontres au CHSF pour l’Appel à Idées Innovantes #6

L’objectif de ces rencontres est d’inciter les personnels hospitaliers du GHT Ile-de-France Sud à se porter candidat à l’Appel à idées innovantes et à entreprendre avec cet appui un projet de recherche collaboratif.

Découvrir
Actualité IBISC : Le premier outil d’exploration du domaine émergent des ARN bifonctionnels

IBISC : 1e outil d’exploration des ARN bifonctionnels

Le laboratoire IBISC (Université d’Evry Paris-Saclay) a mis au point IRSOM2, le premier outil bio-informatique de prédiction des ARN bifonctionnels, une classe nouvellement découverte d’ARN qui cumulent une activité biologique propre et la capacité à être traduits en protéines fonctionnelles et ayant un rôle au cours du développement du cancer.

Découvrir
Relever les enjeux des thérapies innovantes et combinatoires : retour sur la conférence du 28 juin

Relever les enjeux des thérapies innovantes et combinatoires

La conférence du 28 juin organisée par Genopole, l’Université d’Evry et le LBEPS a exposé les enjeux de thérapies innovantes et des approches combinatoires et a révélé aussi le potentiel de la modélisation bio-informatique et de l’IA pour accélérer les développements et optimiser l’efficacité des traitements.

Découvrir
Spectrométrie de masse à très haute spécificité - Plateforme génopolitaine

Plateforme : Spectrométrie de masse à très haute spécificité

Genopole et l’Université d’Évry dotent la plateforme de Spectrométrie de masse d’un instrument apportant une très haute résolution d’analyse, essentielle aux biotechnologies.

Découvrir
Global Bioenergies : feu vert de l’ASTM pour son carburant aérien Marc Delcourt - PDG de GBE au second plan

Global Bioenergies : feu vert de l’ASTM pour son carburant aérien

Les portes du marché de l’aviation durable s’ouvrent pour Global Bioenergies dirigée par Marc Delcourt. Découvrez son interview

Découvrir
Phinc Development fête ses 15 ans. Biotech dédiée à la modélisation en pharmacologie appliquée au développement des candidats-médicaments

PhinC Development fête ses 15 ans !

Pour fêter ses 15 ans de modélisation en pharmacologie appliquée au développement des candidats-médicaments, PhinC propose des actions de soutien aux sociétés de biotechnologie ainsi qu’à une association engagée contre le changement climatique.

Découvrir
Bio US 2023 - Visite de l'ambassadeur de France aux Etats-unis à l'équipe "Paris Region"

Retour sur Bio US 2023

L'équipe Genopole, au sein de la délégation "Paris région", a profité de 4 jours pour établir de nombreux contacts, prendre des rendez-vous et développer de nouvelles opportunités de partenariats.

Découvrir
Genopole et le CEA inaugurent les nouveaux laboratoires dédiés à la biologie de synthèse et la génomique pour la santé et l’environnement

Plus de 1 200m2 de nouveaux laboratoires dédiés aux sciences du vivant

Plus de 1 200 m2 de nouveaux laboratoires dédiés à la biologie de synthèse et la génomique pour la santé et l’environnement, ont été inaugurés par Genopole et le CEA lundi 5 juin.

Découvrir
SABNP et Synsight valident une approche intégrée de découverte de nouveaux médicaments, alliant informatique, biologie structurale et exploration in vivo.pour découvrir de nouveaux médicaments

SABNP & Synsight : à la découverte de nouveaux médicaments

SABNP et Synsight valident une approche intégrée de découverte de nouveaux médicaments, alliant informatique, biologie structurale et exploration in vivo.

Découvrir
Pitch Session Startup lors du CFB 2023 - STH Biotech, BYoRNA

Retour sur le Congrès France Bioproduction 2023

La 7ème édition du Congrès France Bioproduction 05 & 06 avril 2023a été riche en échanges pour les acteurs du domaine. Lors de cette édition Genopole a mis en avant les projet de développement du biocluster en bioproduction à travers ses plateformes, ses dispositifs d'accompagnement des startups, ses startups et le projet COBIOE

Découvrir
Welcome Session - Avril 2023 - Les nouveaux génopolitains

Welcome Session – Genopole accueille de nouveaux acteurs

Welcome Session, mardi 11 avril : jour d’introduction officielle des lauréats de la nouvelle promo Shaker et de présentation des sociétés et chercheurs nouvellement installés sur le campus de Genopole !

Découvrir
Voir tout >
Avec le soutien de
Région île de France